Cambriolages à Noyon : le débat sur la vidéosurveillance est relancé

Cambriolages à Noyon : le débat sur la vidéosurveillance est relancé

Fin janvier, les commerces de la ville de Noyon, située dans la région Hauts-de-France, ont été touchés par des cambriolages et des attaques à la voiture-bélier. Quelques semaines avant les élections municipales, la problématique de la vidéosurveillance s’invite donc dans les débats, notamment dans le cadre de la question sur les référendums locaux.

Des commerces attaqués par une voiture-bélier la nuit du 30 au 31 janvier 2020

La nuit du 30 au 31 janvier 2020 a été particulièrement mouvementée pour quelques commerces de la commune de Noyon. En effet, 4 établissements au moins ont été ciblés par une voiture-bélier. La méthode et le véhicule utilisés ont été les mêmes pour l’ensemble des cambriolages. Les enseignes visées ont déclaré des dégâts minimes, grâce à l’intervention rapide de la gendarmerie. Un commerce de la zone industrielle a cependant exprimé son inquiétude, après deux agressions de ce type en l’espace de seulement deux mois. Même s’ils s’en sortent assez bien, les commerçants s’inquiètent de l’éventuelle augmentation des cas de violences contre leurs établissements.

La vidéosurveillance s’invite au débat autour du référendum local

Nous sommes actuellement en pleine période de débats autour des prochaines élections municipales. Après cette série de cambriolages, la vidéosurveillance par caméra wifi est un point figurant au rang des discussions. La grande majorité des candidats à la mairie de Noyon a affiché des propositions dans le sens d’une démocratie participative. Alors que des projets de référendums locaux sont en réflexion sur des thèmes divers, comme le patrimoine urbain ou l’implantation d’une maternité, les candidats proposent d’y intégrer le sujet de la vidéosurveillance. C’est notamment le cas du maire sortant, Patrick Deguise. Ce dernier ne souhaite pas organiser de référendums sur tous les sujets, mais estime que le thème de la vidéoprotection est particulièrement adapté à ce type de consultation citoyenne.

La ville avait déjà entrepris un développement de la vidéoprotection courant 2018

En 2018, la municipalité de Noyon avait déjà décidé d’améliorer le système de vidéoprotection, avec l’installation de 42 nouvelles caméras de surveillance. Cette démarche était également liée à une série de cambriolages inquiétants. C’est le maire actuel, Patrick Deguise, qui avait mis au vote le projet, la principale zone commerciale de la ville étant particulièrement visée par des actes malveillants. La ville avait aussi souhaité étendre la couverture à la zone industrielle, à la gare, au centre-ville et à certains quartiers, comme celui du Châtelain. Elle s’était en outre associée à la communauté de communes du pays noyonnais pour grouper les commandes d’appareils.

Face aux actes de délinquance, la question de la répression par l’installation de caméras de surveillance est donc de nouveau sur la table. Nous en saurons davantage après l’élection du nouveau maire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *